Cellulite

Dernière mise à jour le 1er juin 2017

 

 

DEFINITION

La cellulite est un problème cosmétique qui touche 85 à 98% des femmes après la puberté. C’est le phénomène de la peau d’orange : plusieurs stades sont décrits selon la classification de Nürnberger-Muller:

stade 1 : l’aspect de peau d’orange n’est visible qu’au pincement de la peau

stade 2 : aspect de peau d’orange en position debout,

stade 3 : cellulite visible en position debout et couchée.

Elle n’existe pas chez l’homme sauf en cas de déficit androgénique ou d’oestrogénothérapie pour cancer.

Elle associe toujours en proportions variables selon le cycle, la vie génitale (mode de contraception) et le vieillissement, des phénomènes de rétention d’eau (liée à une insuffisance veineuse), une augmentation de volume des lobules adipeux (en rapport avec la prise de poids) et une fibrose des travées entre les lobules adipeux formant des fossettes en dépression cupuliforme (souvent après injections).

Le vieillissement de la peau avec la perte de densité et d’élasticité, explique les hernies de l’hypoderme dans le derme, visibles en échographie (images en gueule de requin).

Les techniques d’aspiration ou de massage sont efficaces transitoirement sur la rétention d’eau mais n’agissent pas au cœur du problème qui est la rigidification des travées (perpendiculaires à la peau chez la femme) de fibres de collagène entre les lobules adipeux de l’hypoderme. D’où l’utilisation des lasers et de la radiofréquence.

 

LA TECHNIQUE

Depuis plus de10 ans, l’action des nouveaux lasers (Nd:Yag 1064 nm, laser hyperthermique 1060 nm, lasers de basse énergie 650 nm entre autres) et de la radiofréquence mono ou bipolaire (action plus profonde) permet d’agir au cœur du problème par un remodelage progressif de la qualité des collagènes de la peau comme de celle des plans sous-jacents entre les lobules adipeux. L’augmentation de la densité et l’amélioration de la texture de la peau sont associées à une action de purge des adipocytes du fait de l’augmentation de la température pendant un temps déterminé. Enfin l’aspiration (vacuum) est souvent associée dans les machines pour améliorer également le drainage par une action purement mécanique.

 

PRINCIPE D’ACTION DES LASERS

L’application à la surface de la peau de particules de lumière, de longueurs d’ondes variables (infra-rouges et proches infra-rouges), de temps d’impulsion différents crée une augmentation de température qui diffuse dans le derme et les tissus sous-cutanés, induisant entre autres, dans les fibroblastes, une fabrication de fibres de collagène et de fibres élastiques de bonne qualité (principe appliqué dans les techniques de rajeunissement de la peau du visage plus anciennement).

 

 

 

PRINCIPE D’ACTION DE LA RADIOFREQUENCE (RF)

L’application de 2 électrodes plus ou moins éloignées (RF mono ou bipolaire) induit une augmentation de la température en profondeur (action profonde égale à la moitié de l’espacement entre les électrodes) qui conduit également à une néocollagénèse.

Les machines peuvent associer RF et Laser, RF et Champs électromagnétiques pulsés (action connue pour stimuler la cicatrisation) ainsi que l’aspiration pour augmenter les résultats.

 

LA PROCEDURE

Elle est bien codifiée et il est nécessaire de maintenir cette augmentation de température de façon prolongée (une dizaine de minutes) pour déclencher le processus de néocollagénèse et de rétraction cutanée finale. Les nouvelles machines sont équipées d’un écran interactif et de la mesure en temps réel de la température.

Les autres techniques telles que les ultrasons focalisés et la cryolipolyse peuvent être associées en cas de surcharges graisseuses localisées associées.

Ces techniques de laser et de radiofréquence permettent également d’améliorer la qualité de la peau avant ou après techniques chirurgicales.

 

LES INDICATIONS et LES CONTRE INDICATIONS

La première consultation permettra d’évaluer le stade de cellulite ainsi que les pathologies associées (diabète sucré, obésité) et donc les contre-indications telles que la grossesse, les affections dermatologiques et générales évolutives, les cicatrices rétractiles profondes, les dispositifs électriques implantés ou portables.

Il est indispensable, pour un résultat optimal, de conseiller l’activité physique régulière et l’hygiène alimentaire. Un comportement raisonné vis à vis du soleil reste indispensable. Quelques précautions avant la séance : éviter les gommages, les crèmes à base d’acides de fruit qui modifient la conductivité des tissus, l’autobronzant en cas de traitement  par lasers.

Les peaux mates peuvent être traitées sans problème par radiofréquence (qui n’est pas absorbée par la mélanine de la peau).

 

LA SEANCE

L’augmentation de température est progressive et ne doit pas être douloureuse. La peau reste rouge quelques minutes après le traitement. Il est déconseillé de se mettre le jour même au soleil. Ces traitements peuvent être pratiqués en toute saison.

Bulles et croûtes sont exceptionnelles et se voient si la peau a été lésée au préalable. La procédure reste un traitement sous contrôle médical.

Le nombre de séances varie de 5 à 10 séances en fonction de l’ancienneté et de l’importance des signes et des machines utilisées. L’intervalle entre les séances doit être respecté : 8 à 10 jours.

Les séances d’entretien sont conseillées une à deux fois par an selon l’âge.

 

LES RESULTATS

L’aspect de la peau s’améliore progressivement entre 3 à 6 mois. Les résultats, pour les stades de cellulite 1 et 2 sont meilleurs sur les cuisses et l’abdomen, plus longs à obtenir sur les bras. Les cellulites fibrosées et anciennes (stade 3), en particulier sur les fesses et après mésothérapie (génératrice d’ecchymoses nuisibles) relèvent au préalable de méthodes plus agressives et invasives (subcision des travées fibreuses).

La variété des tissus adipeux blancs hypertrophiques et hyperplasiques, selon les dernières études publiées, explique la variabilité des résultats.

 

 

 

 

Cette fiche d’information recommandée par le Groupe Laser de la Société Française de Dermatologie peut vous être remise par votre dermatologue. Si elle ne suffit pas à l’établissement d’un devis, elle concoure à donner au patient une information suffisamment claire.

La consultation d’information donne des explications claires sur les résultats escomptés, les effets secondaires et les complications possibles. Il n’y a pas de remboursement par la sécurité sociale ni d’arrêt de travail pour ces soins esthétiques. Les prix sont essentiellement fonction de la surface à traiter. Le coût global est à évaluer avec le patient et fait l’objet d’un devis signé.

Une fiche de conseils et de soins ou ordonnance post-opératoires sont remises au patient avec les coordonnées du médecin.

 

 


Télécharger la fiche