Enquêtes et Etudes cliniques



Enquête VITILIGO par l’Adeesse

Je participe à l’enquête VITILIGO

Le Vitiligo est une dermatose souvent mal vécue car elle touche à l’image de soi. Le dermatologue se sent parfois démuni face aux cas étendus et rebelles...

L’ADEESSE a choisi d'aborder le thème du/des traitements du vitiligo lors de son prochain congrès les 13 et 14 octobre à Marseille.
Comme toujours, nous souhaitons que cela apporte à nos confrères des informations pratiques basées non seulement sur les données de la science mais aussi sur l'expérience de chacun d'entre nous.

Afin d'être le plus exhaustif possible, nous avons choisi de donner la parole à chacun d'entre vous et vous demandons de répondre, si vous le souhaitez, à notre questionnaire en ligne.

Nous vous remercions par avance de votre participation qui s'inscrit dans une démarche ouverte et conviviale pour que l'expérience de chacun profite à tous.
Cette consultation est ouverte à tous les dermatologues.

Répondre à ce questionnaire ne vous engage en aucune façon vis à vis de l'ADEESSE ni de son congrès. Tant que vous n’aurez pas validé le questionnaire, vos réponses seront automatiquement sauvegardées et modifiables jusqu'au  15 septembre 2017.

Dr Christine NOE
Vice-présidente de l’ADEESSE


Votre opinion sur les appareils de beauté à usage domestique (« Home Devices » en anglais), par lumière pulsée ou laser (2017)

Cette enquête est réalisée auprès des dermatologues à compter de juin 2017 et jusqu’à janvier 2018.
Les résultats feront l’objet d’un abstract poster au prochain AAD de San Diego en Février 2018

Les membres du Groupe Laser sont invités à participer à cette enquête.

Participer à l’enquête HUD 2017

Plus d’infos :
Cette enquête est liée au segment croissant des appareils utilisés par les consommateurs à la maison. Le groupe KLINE, une société internationale de recherche de marché qui a suivi ce marché depuis quelques années a analysé ce qui suit:

  • La portée des HUD: nettoyage, acné, corps, antivieillissement, perte de cheveux et épilation (il est intéressant de noter que Philips a lancé en 2015 une LED bleue indiquée pour le psoriasis léger à modéré)
  • Le marché des HUD: est estimé à 2,3 milliards de dollars à la valeur de détail. Par rapport au marché des cosmétiques estimé à plus de 400 milliards de dollars, le marché des HUD récents est encore très faible. Avec la présence de grands acteurs cosmétiques dans les HUD tels que UNILEVER, P & G, Philips, L'Oréal, J & J et Clinique, ce marché devrait augmenter considérablement au cours des prochaines années
  • Part des ventes mondiales de HUD par région: USA dans la première, représentant 37%, suivie par l'Asie avec 36%, l'Europe avec 19% et le reste du monde ne représente que 8%

Les technologies actuellement disponibles comprennent : les dispositifs électro-médicaux (laser), la lumière pulsée intense (IPL), la diode électroluminescente (LED), la radiofréquence (RF), l'échographie (HIFU), la galvanique, la microdermabrasion et les brosses à ultrasons.

Grâce aux efforts de "Home Use Device Working Group" dans le monde entier, une première norme internationale de sécurité pour laser à usage domestique et source de lumière intense (intitulée IEC 60335-2-113 des exigences particulières pour les appareils cosmétiques et beauté utilisant des lasers et des sources lumineuses intenses) a été publiée en mars 2016.

Ce sondage est publié par le «Groupe de travail sur l'utilisation à domicile» en prévision de la prochaine Conférence des 5 continents (5-CC) à Barcelone (du 31 août au 3 septembre 2017). Les données de cette enquête seront présentées au cours du 5-CC Home Use Symposium le 31 août. Un résumé sera également soumis sous forme d'affiches à l'AAD d'hiver à San Diego en février 2018.


Cancer et radiodermites : le LASER au secours du décolleté des femmes (2016)
Une campagne d’information à l’échelle européenne

Comme vous le savez, de plus en plus de patientes sont atteintes d’un cancer du sein. Parmi celles-ci, une proportion  importante (environ 80%) est traitée par radiothérapie.
Celle-ci, avec l’ensemble des autres traitements proposés par nos confrères oncologues a permis une amélioration spectaculaire du pronostic (presque 90%).

Parmi ces patientes, jusqu’à 30% présenteront une radiodermite chronique, cinq à dix années après leurs traitements.
Paradoxalement, l’amélioration du pronostic conduit, du fait de la survie prolongée des patientes, a une augmentation de l’incidence des radiodermites chroniques, car celles-ci n’apparaissent habituellement que plusieurs années après la radiothérapie initiale.
Cette affection de la peau se manifeste par de nombreuses télangiectasies (vaisseaux rouges dilatés), d’autant plus visibles qu’elles sont regroupées en placards de forme géométrique, souvent rectangulaires, reproduisant la zone irradiée. La topographie est le plus souvent pré-sternale.
On observe également des dyschromies (anomalies de distribution du pigment, responsables de zones dépigmentées, blanches, siégeant au contact de taches brunes), atrophie cutanée (peau très fine et fragile), et possiblement une fibrose sous-cutanée (induration d’aspect cireux de la peau).

Cette affection a comme principale conséquence une véritable réduction de la qualité de vie des femmes qui ont survécu à leur cancer.
Elles ressentent une gêne esthétique importante, malgré une reconstruction mammaire réussie, car visible au niveau du décolleté.
Tous les matins, la vue de ces placards géométriques, dans leur miroir, ne peut que leur rappeler leur combat, victorieux, certes, contre le cancer, et s’oppose au « droit à l’oubli », un droit auquel nous (mondes médical, politique, et sociétal), donnons enfin l’importance qu’il mérite.

Un traitement par laser, a fait la preuve d’une grande efficacité et d’une excellente tolérance dans la prise en charge de cette maladie, et permet d’améliorer grandement la qualité de vie des femmes atteintes.
=> Dans une étude clinique de l’équipe de M. Haedersdal, (Copenhague) les patients décrivent une satisfaction moyenne après 3 séances de laser de plus de 8 sur une échelle de 10.
=> Une autre étude (JM. Mazer et collaborateurs, France), réalisée chez 110 femmes, et présentée au Congrès mondial de dermatologie de Paris avait mis en évidence une excellente efficacité et une absence de risques après une moyenne de 3 séances (cf. iconographie annexe 1).

Les groupes de dermatologues laséristes européens et français (European Society of Laser Dermatology : ESLD et le Groupe Laser de la Société Française de Dermatologie) sont convaincus que ce traitement devrait être proposé aux femmes atteintes par cette maladie cutanée chronique, inhérente à la cure de leur cancer.
Malheureusement, nombres de femmes candidates à ce traitement ne se le voient pas proposer, le plus souvent par ignorance des possibilités thérapeutiques.
Pour cette raison l’ESLD va lancer une campagne publique Juin 2016 en Europe, relayée en France par le Groupe Laser.

Cette campagne prendra fin le 27 septembre 2017 lors du congrès de l’EADV à Genève (European Academy of Dermatology and Venereology)
Le but de cette campagne est de sensibiliser le public et l’ensemble du corps médical autour de la radiodermite chronique du sein, et particulièrement la possibilité d’un traitement efficace par laser.